Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

93 articles avec cyclosportives

L'étape du tour de Benoît

Publié le par Benoît

J'avais le n° de dossard 7550 et je me retrouve dans le sas n°7

Départ par vagues de 1000 cyclos. Premier sas à 7h00 et moi à 8h00: dernier sas à 9h00

Au départ j'ai vu des dossards n°15350,vraiment du monde, trop surement!!!

Donc départ tranquille sur 5 km et 1 er col de la journée (au total il y en a quatre)

Col du Chaussy 15.4 kms à 6.4% , col pas très large. Je commence la montée sur le 36 x 23/25 tranquille et je double des "troupeaux" de cyclos beaucoup dans le dur ça commence juste et au bout de 5 kms, bouchon. A pieds sur 200/300 métres,puis on remonte sur le vélo et je double en continu pour arriver en haut du col.Tout va bien,je fais la descente et aprés 5/6 km gros bouchon entre 15 à 20' d'attente (Accident peut etre) je sais pas. J'ai les boules et le chrono tourne.

Après, fin de descente et faux-plat montée descente jusqu'au bas du 2 eme col.

Col du Glandon/Croix de Fer 22.4 km à 6.9%. Le col est en trois étapes:

1) 8 km à 7/9 % et ravito en eau et pour l'instant ça va.

2) 10 km à 9/10% des pentes à 12/13 % c'est dur,j'ai pas les jambes que je devrais avoir, je suis à 9/10 km tout à gauche et je force c'est pas bon signe en plus je ressens de petits début de crampes.

3) 5 kms à 5% descente sur 1 km et remontée pour atteindre la Croix de Fer; Dans le col les crampes et premier arrêt: Etirements et je continu pour arriver en haut.

Descente sur 10 km pour attaquer le Col du Mollard 5 km à 5%. Je passe le col sans trop de problèmes mais les jambes tournent carré; ça va pas fort. En haut du col ravito et il faut pas le zapper;je mange,je bois je m'étire, puis la descente en tournant les jambes jusqu'a St Jean de Maurienne; J'ai mal aux jambes je ressens les crampes. En bas, il fait 33°

J'ai le copain qui me fait l'assistance;manger/boire/étirements récup de 5' et je repars pour le dernier col de Toussuire 18 km à 6.1%.

Pendant 5 km ça va a peu prés et puis les crampes reviennent. Le Calvaire commence !!! arrêt/étirements et ça repart 2 km aprés arrêt/étirements etc... 3 fois de suite

.Dernier ravito à 5 km du haut. Je stoppe limite malaise pas bien du tout je bois le jet d'eau sur la tête, je me repose 5'je suis dans le cirage complet. Je repart et 1 km plus loin rebelotte les crampes. Là, je décide de marcher sur 500 metres et je remonte sur le vélo,je suis mieux ; + que trois kms et enfin l'arrivée. Je suis cuit complet; j'ai fait tout le col avec la tête pour finir l'étape " juste aller au bout" Pas question d'abandon surtout pas, mais vraiment quelle DECEPTION ENORME.

Pourquoi le jour J" je n'ai pas de jambes,mais des crampes !!! Peut-être la fatigue,la longueur des cols, l'altitude,la chaleur, que de questions pour moi.

J'y étais allé pour terminer entre 1000 et 1500 et je me retrouve 3017 éme avec un temps de 8h00'19"

Bon aprés: 15350 engagés et combien à l'arrivée je sais pas. Combien d'abandons,Combien mis hors course par la "voiture balai"!!!

Pour finir juste un petit plaisir en montant le col du Glandon, un hélico à droite en stationnaire qui nous filme à 100 métres Extra c'est le tour de france!!!

Bon maintenant je pose le vélo et repos, repos, repos.

Encore merci a tous pour vos encouragements par sms ou mails Merci encore

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

Ariège, terre courage (CR de l'Ariégeoise 2015)

Publié le par Gégé

Ariège, terre courage (CR de l'Ariégeoise 2015)

Très beau mais rude département, avec un slogan bien trouvé , qui s'applique parfaitement à la désormais célèbre "Ariégeoise"
Il en fallait en effet du courage, aux 4648 engagés, au total des 3 circuits, parmi lesquels on pouvait compter sept valeureux Espérois qui n'ont pas hésité à venir se frotter aux coriaces montagnes ariégeoises où l'on enfile les cols sur ces parcours comme des perles sur un fil ( avec un peu plus de sueur quand même ...!)
Entrés dans le sas à 7h 45, on doit patienter 3/4 d'heure avant le départ. Cette attente qui peut paraître longue, se transforme en moments de convivialité exquis : on converse à droite et à gauche, on prend des photos, etc. .. on ne s'est jamais vus mais on se connaît puisqu'on partage la même passion .... 8h pétantes, c'est le top départ de " L’ariégeoise" : " Vas-y Benoît !!" notre seul représentant sur "la Grande" (une pensée pour Philippe qui, la mort dans l'âme, a dû déclarer forfait) . Puis une 1/2 h plus tard c'est notre tour.
A fond bien sûr dès le début, mais on vient vite buter (km 5) "en plein" sur le raidard d'Emplain (500 m à 13% ça calme !) De 50 km/h on passe à ...8 à l'heure ! ça joue de la manette,et l'on est de suite assourdis par le bruit des boites à vitesses....d'emblé ça chauffe les cuisseaux ! Puis on déroule jusqu'à Foix où l'on passe sous le Château avant de s'enfiler dans une vallée en faux plat montant jusqu'à La Mouline (km 25)
Voilà, pour ce qui est des réjouissances c'est fini pour aujourd’hui ! Maintenant il faut s'armer de courage et ce, jusqu'à l'arrivée. On s'attaque tout d'abord au Massif de l' Arize , superbe balcon pyrénéen d'où l'on voit sur la gauche les hauts sommets enneigés, et sur la droite la plaine qui s'étale jusqu'à Toulouse, enfin d'habitude... car aujourd'hui on ne voit rien! Brouillard et même crachin épais tout en haut, mais c'est un mal pour un bien ....au moins on ne va pas crever de chaleur, c'est même plutôt frisquet par moment. Pas vraiment pentu, mais on est toujours "en prise" 20 km durant, pour passer successivement les col des Marrous, des Jouels, et du Péguère.

A mi-pente, pour cause de pause technique, je laisse filer Alain avec qui je roulais jusque là. Yvon et Angel ont pris les devants depuis un bon bout de temps. Passé le col de Jouels, alors que la pente s'adoucit un peu et que j'eu pris mon régime de croisière ( c à d "tout cool"), une petite tape sur le dos et un "allez Gégé" me sortent de mes rêveries : c'est Philou qui revient de l'arrière ; quelques mots et je laisse filer Philou qui fait route avec son frère. Quelques instants plus tard "allez Gégé ! " ; "décidément je suis connu par ici !" ce coup-ci c'est Christian et son fils Bertrand partis tout au fond et qui, comme deux bolides, ont pris la file de gauche et remontent rapidement la foule des besogneux ! On papote un peu et "allez tchao," à tout'allure"... à table...( si j'y arrive...! ) . Ben voilà ils sont tous passés, je retrouve donc naturellement ma place favorite : derrière !

Après le Peguère légère descente, si l'on peut dire, puis 2 km de montée supplémentaire pour accéder au Sommet du Portel (km 47, alti 1432 m) je l'ai rebaptisé le Sommet du "Bordel" car il y avait un bazar monstre: c'était le 1° ravito et il y avait des assoiffés et affamés qui posaient leur vélos un peu partout et fallait passer à pied ! Je zappe cet arrêt car je connaît un point d'eau tout en bas à Biert où il y a peu de monde .Maintenant c'est enfin la descente ! Mais elle n'est pas de tout repos , loin s'en faut ! On est avertis par de nombreux panneaux: "descente dangereuse" "forte pente" "virages serrés" "route étroite" "gravillons" ! A tout ça on rajoute un brouillard très épais et avec les lunettes on ne voit plus rien... bref c'est tout crispé que j'arrive à Biert où je refais le plein avant d'attaquer sans transition le Col de Saraillé 4 km à 8- 9 % et certains passages bien plus! : petit mais méchant ! Alain qui s'était arrêté au ravito m'avait dépassé au début de la descente , c'est au tour de philou maintenant : je ne les reverrai qu'à table ...

Voici le ravito D'Aulus les Bains (km 82) : là faut pas zapper ! Poches et bidons remplis je repars à l'attaque de la difficulté du jour : le tant redouté Col d'Agnes, 10 km à plus de 8% avec les 6 premiers kms très durs. Dès le début de la montée les cadors de la grande nous doublent comme des avions... 4kms plus haut j'entends " Allez Gégé !" je réponds : "c'est bien ce que je craignais !" : ce n'était pas un retardataire, c'était bel et bien Benoît qui, bien que parti 1/2 h avant moi avait tout de même fait une boucle supplémentaire de 40 km et me doublait encore bien loin de l'arrivée : Trop fort !!! Ensuite les crampes se sont installées à tel point que j'ai été contraint de poser pied à terre 2 ou 3 fois . ça y est je franchis enfin le Col ! (Km 92 , alti 1570 m) J'ai 15 minutes de retard sur l'horaire que je m'étais fixé - et oui même à mon petit niveau on se fixe des challenges ! : objectif N° 1 Terminer ; objectif N° 2 : si possible en moins de 6 h 30 - vous ne me croirez peut-être pas mais pour moi c'est quand même ambitieux !! Bon pour l'instant je vise le N°1 mais je m'emploie comme il faut dans la belle descente qui nous conduit au Lac de L'Hers d'où il faut remonter encore pendant 4 kms, non sans douleurs...mais dans de magnifiques pâturages, pour franchir enfin le dernier sommet : le Port de l'Hers ! (Km 101 alti 1517m) le panneau indique "c'est gagné "! Ouais....mais faut encore bien négocier la descente car il y a quelques pièges...! ça va vite malgré tout, en bas 2 kms de faux plat et je passe sous le portique d'arrivée (Km 115) où le chrono indique 6 h 35' Bah ! loupé de 5 ' ! mais je suis "Finisher" j'ai terminé sans problème - et c'est bien là l'essentiel ! - tout comme les copains qui ont eu la patience de m'attendre pour passer à table pour refaire les niveau tout en refaisant la course....

Les remerciements :

à Yvon qui nous a retiré les dossards la veille et permis de garer au camping

à Alain et Angel qui m'ont transporté et qui ont pris soins de mon vélo

à Benoît qui m'a ramené ma monture à Cahors

à Tous pour votre gentillesse, votre convivialité, qui rendent ces moments fabuleux et inoubliables

mais aussi et surtout aux 750 bénévoles pour leur dévouement, leur sourires et leurs encouragements , c'est grâce à eux que nous pouvons vivre ces moments-là.

LES RESULTATS :

L'ARIEGEOISE : 168 kms , D+ 3574 m , 1112 inscrits , 941 classés

Benoit Jantal 234° 6 H 44 24,95 km/h 83°/341

LA MOUNTAGNOLE 115kms , D+ 2772 m , 2811 inscrits , 2522 classés

Yvon Falgayrac 768° 5 h 33 20,72 km/h D 178°/687

Christian Chibary et Bertrand 827° 5 h 37 20,37 km/h D 198°/687

Angel Rivera 1336° 6 h 05 18,87 km/h F 60°/218

Alain Rivera 1340° 6 h 05 18,86 km/h C 449°/743

Philippe Debons 1463° 6 h 14 18,41 km/h C 481°/743

Gérard Legrand 1767° 6 h 35 17,43 km/h F 104°/218

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

La Gaillarde De Carvalho, dimanche 17 mai 2015

Publié le par Gégé

Très belle cyclosportive à 1h de la maison avec 2 circuits:
La Alain De Carvalho : 142 kms D+ 1986 m
Le Jubilé Luc Leblanc : 112 kms D+ 1428 m

Le départ à lieu près du stade de rugby du CAB à 8h45 vers Malemort, puis la fameuse côte d'Aubazine, Les Quatre routes d'Albussac tout en faux-plats montants puis descente ultra rapide vers Beaulieu , au bas de la côte gros freinage pour prendre à droite une petite route qui dodeline par vaux et collines en passant dans (ou près) des très beaux villages que sont Curemonte, Colonges la Rouge, Turennes et sa forteresse : c'est tellement beau que parfois on oublie qu'on est en train de pédaler...... puis fin de la balade par Nespouls sans oublier la dernière côte de Noailles (qui a eu raison de mes mollets l'an passé...) en haut de laquelle il ne reste plus que 15 kms de pure formalité, quoique....ça dodeline encore un peu....

Voilà, j'espère vous avoir bien vendu la chose,
Sauf caprice météo, il y aurait pour l'instant : Angel , Alain et Gégé

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

La Vélotoise 2014, le CR de Gégé

Publié le par Gégé

Mini-CR devrais-je dire, car sur 14 éditions de la vélotoise j'ai bien dû en faire plus de la moitié, et presqu'autant de récits, ça risque donc sentir le réchauffé...
Maintenant la machine est bien rôdée : réveil 6h, départ 6h30, (je n'oublie pas Francis N au passage) Le Calvaire 7h45 inscription, salut, bonjour, échauffement , re-salut-bonjour( on connaît du monde, on est presque chez nous ici depuis le temps ! ) Du vert partout (on est beaucoup copiés- jamais égalés...) dont pas moins de huit Espèrois, Frédéric, Albert (qui a malheureusement dû déclarer forfait) , Eric le Patron, Alain et Angel, Benoît, Francis et moi, belle équipe qui bénéficie de renforts (et non des moindres!) pour la circonstance : je veux parler de mon neveu Alain C et son fils Franck, redoutables en côtes ( et sans parler des hors catégories : Côte du Rhône, Haute côte de Beaune etc...) et Jacky mon "jumeau" de Dégagnac.
J'aurais pu intituler cet article " Le retour des Tamalous" : un a les tripes en vrac, l'autre a une tendinite, le troisième et quatrième ont les genoux bien trop mous....le cinquième en est tout retourné de voir ses copains dans un tel état ....Bref amendonné on se serait cru dans la salle d'attente de mon docteur !! Et là je dis que le vélo devrait être prescrit plus souvent par le toubib ( et même remboursé par la sécu !): quel remède ! Une fois sur leur machine, hop ! plus de bobos, envolés les bobos! Tous ont terminé, et je vous dis pas le temps des plus malades...à faire pâlir......! Tous ces éclopés n'ont pas empêché l'équipe de jouer groupé....surtout autour de la savoureuse paëlla......car pendant la course je n'ai pas vu grand monde...sauf ceux qui m'ont doublé dans la côte de Beduer, m'encourageant : "allez Gégé" ! " aller Gégé" ! alors que moi je pensais déjà " retour Gégé, retour "! (déjà en mode gestion).

Pour sa 14° édition, la Vélotoise est revenue à ses premières amours, un peu de changement ça fait du bien . On est donc partis pour une matinée à jouer à saute-moutons ( en veillant à ne pas en perdre l'haleine...) entre les magnifiques vallées du Lot et du Célé , même que par moment je trouvais que le mouton était haut sur pattes.... Béduer, Gréalou, un p'tit tour par Cajarc pour remonter aussi sec sur St Chel ( là, c'est pour ceux qui sont déjà à court de carburant...) visite (très) rapide de Marcilhac puis Sauliac sur Célé où l'on met le cligno à gauche, puis "tout à gauche" car on attaque la montagne , oui monsieur la montagne! Hébé oui, pardi ! puisqu'on va franchir le célèbre " Col du Lièvre " qui culmine à 453 m ! Vous pouvez chercher sur l'IGN ou sur Cassini, y connaissent pas , c'est juste indiqué sur un panneau de bois au passage du col. D'ailleurs les chasseurs ne s'y sont pas trompés : ils se sont dit : " puisque c'est marqué, on va y installer notre cabane de chasse" , sitôt dit sitôt fait ! Quand je vous dis qu'il ont de la suite dans les idées .....Du coup on est pas près d'y voir un lièvre la-haut ! La descente n'est pas très dangereuse, sauf quand on rencontre nos amis ci-dessus remontant à vive allure dans leur "Seize", oui leur 4X4 quoi ; il y a aussi la Seize 64 mais elle est dans la cabane et c'est pour ça qu'il vont vite.....
On est à mi-parcours et on bénéficie d'un superbe point de vue sur la vallée du Lot avant de plonger sur St Martin-Labouval puis de s'enfiler dans cette longue vallée tortueuse que je trouve monotone en été ( surprenant non?) jusqu'à limogne. S'en suit le toboggan infernal où j'ai retrouvé la pêche, mais ce n'est pas une raison suffisante pour s'arrêter chez Moulino à Cajarc. Nous voici sur la partie la plus roulante, 20 kms de plat entre falaise et Lot où seuls quelques passages à niveau nous évitent de nous endormir, non je rigole! ça ne traine pas et l'on ne profite pas pleinement de ce beau paysage. Une dernière côte et nous voici à Faycelles, joli village dominant le Lot, assez proche de Cordes ; oui seulement quelques noeuds les séparent.....( paraît-il).
Là quand on bascule c'est gagné, on se laisse couler jusqu'à Ceint D'Eau, un peu de vallée un dernier coup de cul, on évite le Calvaire, et voilà le portique d'arrivée où quelque soit son temps on lève les bras aussi fier et heureux que le premier.

On retrouve les copains , les connaissances, Jean-Marc et ses potes du club d'issendolus, et pas fatigués du tout on refait la course 1 fois, 2 fois....10 fois : la passion quoi !

Pour ce qui est des résultats je n'ai pas tout mémorisé, ils figureront prochainement sur le site de La Vélotoise. Mais nous pouvons d'ores et déjà adresser nos félicitations à Frédéric classé 29° qui boucle en 3h01' soit à plus de 35 km/h ! Félicitations également à Alain C et Franck qui terminent je crois en moins de 3h25 soit à près de 31 km/h Chapeau! surtout quand on sait que Franck ne monte sur son vélo que 2 ou 3 fois dans l'année : de la graine de champion!
En ce qui me concerne, plus modestement, je devrais être crédité d'un temps de 3h50 environ pour 28 km/h ce qui me satisfait pleinement, et comme me disait Francis sur le chemin du retour : " ce qui est bien pour nous, c'est qu'on a encore une bonne marge de progression" " Effectivement" lui dis-je, " on a l'avenir devant nous...................chaque fois qu'on se retourne..."

Bravo à tous et encore un grand merci aux bénévoles. A l'an prochain !

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

L’Antonin Magne 2014 de Philippe

Publié le par Philippe

Petite cyclo de moyenne montagne, l’Antonin Magne ne rencontre pas le franc succès, en nombre de participants et c’est dommage. Au milieu du mois de juillet, elle entre souvent en concurrence avec l’Etape du tour , qui on ne sait pourquoi a pris le dessus (sic). La météo est souvent incertaine au sommet du Pas de Peyrol et d’ailleurs partout alentours, mais les paysages sont superbes, l’accueil sympathique et le repas servi à l’issue de la cyclo, parmi les meilleurs du circuit . On peut s’inscrire au dernier moment et c’est ce que je n’ai pas manqué de faire, précédé cependant par Yvon, en tant que régional de l’Etape. Pas de bousculade, il semblerait qu’il n’y ait eu que moins de 200 engagés sur les deux parcours qui partiront ensemble. L’antonin Magne, ce sera 159 km, et ce sera pour les autres (désolé Patrice). La Jordanaise, 104 km (en réalité 102) comprendra le Pas de Peyrol, une partie de la montée du col de Néronne, le Col saint Georges, le col de Legal, et enfin la route des crêtes pour environ 1800 m de D+, le tout pour 132 engagés, et 118 partants. Je décide cette fois de suivre les conseils des plus expérimentés, c’est-à-dire Yvon et de ne pas me cramer dès le départ. Départ rapide évidemment dans le faux plat montant vers Mandailles et nous laissons s’opérer la cassure, même si nous pourrons observer longtemps le groupe précédent dans notre vision.. Avec Yvon nous minimisons les relais, sans toutefois les éviter. Enfin la montée du Pas de Peyrol est l’occasion du chacun pour soi, qui nous permet cependant de reprendre 7 ou 8 concurrents qui ont trop présumé de leurs capacités. La fin de la montée avec des pourcentages modestes, et une vue splendide sur la vallée nous permet de sacrifier quelques instants au cyclotourisme. Yvon me lâche dans la descente, raide, vers le Col de Néronne…le temps que j’enfile mon coupe-vent. C’était une erreur de ma part, vu la température clémente, mais le petit groupe auquel il appartient aura la gentillesse de m’attendre dans la courte montée qui suit. La descente suivante est très roulante et nous permettra de rattraper à nouveau quelques concurrents isolés jusqu’au ravitaillement auquel le groupe tout entier (6 ou 7 de mémoire) sacrifie volontiers. La montée du Col Saint Georges va s’avérer éprouvante, non en raison du pourcentage, mais à cause d’un gravillonnage très récent et non stabilisé qui affecte, et le mot est faible le rendement du coup de pédale. La fatigue se fait sentir et des regroupements s’opèrent jusqu’au sommet du Col de Légal qui lui n’aura pas été gravillonné. Par contre, la descente a également subi la sollicitude du Conseil Général, sur un mode tout aussi économe qui nous incite à la prudence (pas d’enrobé haute performance, nous sommes en Auvergne et ici plus qu’ailleurs, un sou est un sou). Après un ultime ravitaillement que nous snobons se profile la célèbre route des crêtes qui nous incite à nous arracher sur la plaque, pour viser un horaire décent, par exemple moins de 4 heures. Oh surprise, contrairement à l’habitude, j’ai de la ressource et j’arriverai à mener le plus souvent avec Yvon la petite compagnie que nous formerons jusqu’à l’arrivée. Brevet d’or pour nous deux en 4 heures et 2 minutes (3 :59 au compteur) et petite mesquinerie de ma part, je passe la ligne une demi roue avant Yvon, ceci pour me rattraper des 25 mn qu’il m’a mis au plateau de Beille ! ! Non mais ! !).

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

La Antonin Magne, le 20 juillet 2014

Publié le par Patrice

C'est le dimanche 20 juillet qu'aura lieu la 19ème édition de la cyclosportive L'Antonin Magne au départ d'Aurillac. Trois parcours sont proposés (159kms, 104kms ou 50 kms). Un avant goût de notre sortie club de septembre pour les cyclos les plus motivés...

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

La Marmotte d'Olt 2014 d'Albert

Publié le par Albert

Après un Samedi après midi traversé par un orage sur Saint geniez d'Olt, le départ le Dimanche s'est déroulé sous un ciel clément. Les costauds de la Marmotte sont partis à 8H30 et ceux de la Marmottine dont j'étais à 8H45.
Après moins d'un Km de plat nous avons monté 6km à 5%. Bien que m'étant positionné dans les 50 premiers au départ j'ai eu l'impression que tous les concurrents m'avaient doublé dans cette montée faite pour ma part entre 13 et 16 km/h.
Après une descente nouvelle montée de 1,5 km sur Montagnac, plus raide où j'ai commencé à reprendre 2 ou 3 cyclos. Ensuite sucessions de bosses et descentes pas difficiles jusqu'à St Geniez ou le plat de résistance se profilait : la montée sur l'AUBRAC par Naves d'Aubrac environ 10 km à 6% de moyenne. Dans cette montée j'ai récupéré des cyclos qui étaient partis un peu vite et qui commençaient à fléchir. Sur le plateau à environ 1000 M d'alitude le vent soufflait de face à 60 Km/h rendant les 12 kms de faux plat avant d'arriver à 1400 M particulièrement pénibles sur du 2 ou 3 % ma vitesse était entre 8 et 12 km/h.
Par contre le paysage sur toute la montée était d'une beauté époustouflante et la flore magnifique à cette période de l'année .
Dès que nous avons pris la direction du Sud le vent a été favorable mais c'était en descente et vôtre serviteur était en permanence sur les freins même si j'essaie de faire des progrès dans ce domaine.
A l'arrivée je n'étais pas cuit regrettant presque de ne pas avoir forcé un peu plus dans la montée;
Bilan 200 ème sur 298 en 4H32 pour 104 km avec 2056m de dénivelé à 22,9 de moyenne.
Pour info le premier à fait 32 de moyenne contre 36 l'an dernier ceci étant lié au vent de face qui clouait les concurrents sur place sur le plateau.
J'espère avoir des copains du club pour une prochaine édition car l'ambiance est vraiment sympa. Il y avait en tout 800 cyclos ce qui reste raisonnable.

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

L'Octogonale, le 18 mai 2014

Publié le par Patrice

La 11ème édition de la cyclosportive aveyronnaise l'Octogonale aura lieu le dimanche 18 mai 2014 au départ de La Primaube (12).

3 circuits au programme:

- 69 kms (990m de D+)

- 94 kms (1370m de D+)

- 140 kms (2310m de D+)

Publié dans Cyclosportives

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>